Aller à…

Audio n° 14 : maisons des notables (début)

 

Après la visite de la Tour de l’Horloge, tout au long de la rue de l’abbaye, se situent les maisons des notables du monastère. Celles, visibles encore aujourd’hui, ne remontent pas au delà du XV ème siècle. Ces maisons ont été construites en majorité contre le mur d’enceinte de l’abbaye. Elles présentent une architecture plutôt simple, assez rustique, mais elles conservent néanmoins des éléments de construction intéressants. Elles sont bâties en moellons de pierre de différentes natures, et en pierres jaunes caractéristiques de la région, provenant des carrières de Glay à Saint-Germain sur l’Arbresle, surtout pour les encadrements de portes, de fenêtres et les chaînages d’angle.

Maison du cellérier

En sortant de la Tour on trouve tout d’abord, sur la droite, la maison du cellérier, la seule située rue de la Tour. Cette bâtisse, contiguë à la Tour, s’adossait au mur d’enceinte aujourd’hui disparu. Le cellérier est un religieux chargé de l’approvisionnement des denrées alimentaires dont le pain, le vin, etc…..

Il a aussi la responsabilité de la préparation de la pitance. Par comparaison c’est un peu la fonction qu’exerce aujourd’hui l’économe dans les établissements publics.

> Quittez la rue de la Tour et dans l’axe de celle-ci, prenez la rue de l’abbaye et arrêtez vous quelques mètres plus loin, au n° 5, devant la maison du chamarier

Maison du chamarier

Cette maison était richement dotée pour l’époque puisqu’elle comportait un puits, un cuvier, un cellier avec pressoir et petite cuve, deux caves voûtées, un bûcher et un petit jardin. Sa façade est ornée de fenêtres à meneaux et d’un très beau porche d’entrée.

Le chamarier jouait un rôle important dans la vie de tous les jours car il était chargé du trésor, des archives, des titres de propriété et percevait les taxes et impôts, en particulier pendant les foires. Il était aussi responsable de la sécurité, de la justice et pouvait avoir sous ses ordres des gardes. Sa responsabilité s’étendait également au cloître. Enfin il détenait les clés des portes et des fortifications de l’abbaye.

Sa fonction se rapproche assez bien aujourd’hui de celle du Directeur Administratif et Financier (ou DAF) dans une entreprise. Il venait en troisième position dans la hiérarchie de l’abbaye après l’Abbé et le Grand Prieur.

> Maintenant continuons la rue de l’abbaye jusqu’à la place du même nom située un peu plus loin sur votre gauche. Gagnez le fond de cette place. Arrêtez vous devant le n° 2.